Le DGP est indiqué chez des couples porteurs d’altérations chromosomiques structurelles ou de maladies génétiques graves.Il englobe une série de techniques qui permettent de diagnostiquer une certaine condition génétique dans des cellules embryonnaires afin d’éviter la transmission d’une maladie génétique grave à la descendance.

Le DGP de dépistage de aneuploidie (DGSA) est également indiqué pour des couples ayant des problèmes reproducteurs. Principalement des couples ayant subi des avortements répétés, ou un échec de l’implantation, l’âge maternel avancé ou un facteur masculin sévère. Ce type de diagnostic vise à identifier les altérations des embryons au niveau chromosomiques, dont ils peuvent compromettre la viabilité.

Pourquoi le traitement de fécondation in-vitro – FIV – avec micro-injection spermatique – ICSI – est-il nécessaire ?

Il est nécessaire de recourir à la FIV-ICSI pour accéder à l’embryon et réaliser la biopsie de la cellule. Une fois extraite, la cellule sera analysée pour détecter des altérations chromosomiques ou des maladies génétiques graves, en sélectionnant ces embryons sains ou chromosomiquement normaux avant le transfert à l’utérus maternel.

Peut-on avoir recours à la DGP face à toutes maladies génétiques ?

La maladie génétique doit être grave, d’une apparition précoce et non susceptible de traitement curatif.

Actuellement les maladies que nous diagnostiquons déjà sont:
  • Chorée de Huntington
  • Syndrome X Fragile
  • Dystrophie Miotonique
  • Syndrome de Marfan
  • Rétinoschisis
  • Hémophilie-A
  • Fibrose Kystique
  • Bêta thalassémie
  • Hydrocéphalie
  • Emerin-Dreiffus
  • Incontinence Pigmenti
  • Porphyrie aiguë intermittente
  • Adrénoleucodystrophie
  • Ataxie spinocerebrale
  • Dystrophie musculaire de Duchenne
  • Paralysie hypocalcémique
  • Angioedeme familial
  • Syndrome de Carney
  • Atrophie Musculaire Spinal type 1
  • Charcot-Marie-Tooth 1
  • Polykystose rénale