Quelle est la différence entre la stérilité et l'infertilité?

Strictement parlant, les définitions reconnues actuellement sont:

  • Stérilité primaire: lorsque le couple, après un an de rapports sexuels sans contraception a échoué à obtenir une grossesse.
  • Stérilité secondaire: lorsque le couple, après avoir donné naissance à un enfant ne parvient pas obtenir une nouvelle grossesse après 1 an.
  • Infertilité primaire: quand le couple parvient à une grossesse, mais qui n’aboutit pas à la naissance d’un nouveau-né.
  • Infertilité secondaire: quand le couple, après une grossesse et un accouchement, n’obtient pas une nouvelle grossesse aboutissant à la naissance d’un nouveau-né à terme.

Devrais-je aller dans un centre spécialisé ou puis-je attendre pour tomber enceinte toute seule?

Si vous voulez tomber enceinte et que vous n’y parvenez pas après avoir essayé durant plus d’un an, ou 6 mois si vous avez plus de 35 ans, vous devriez aller voir un spécialiste en médecine de la reproduction.

Nous pensons que l’âge est déterminant, si vous êtes jeune, vous avez plus de temps devant vous, mais si vous avez plus de 35 ans, il ne convient pas d’attendre plus longuement, vous devez savoir qu’à partir de cet âge la fertilité commence un déclin régulier.

Est-il très courant d'avoir des problèmes de fertilité?

Environ 20% des couples en âge de procréer ont des problèmes de fertilité. En Espagne, environ 800.000 couples ont des problèmes de fertilité.

L’infertilité est-elle un problème concernant la femme ou l’homme?

Chez IMF, nous pensons que les problèmes de fertilité sont des problèmes de couple, et il est essentiel que l’homme et la femme soient impliqués à tous les stades du diagnostic et du traitement.

De manière générale, les études médicales constatent que la cause de l’infertilité est attribuée aux femmes dans 50% des cas et aux hommes dans 40%, bien que dans de nombreux cas, les causes sont mixtes, c’est à dire qu’elles sont attribuables aux deux membres du couple.

Dans les 10% de cas restants l’origine reste inconnue, même après avoir réalisé tous les tests de diagnostic.

La FIV et la stimulation ovarienne peuvent-elles endommager mes ovaires ?

Il n’existe aucune preuve solide de la diminution des réserves folliculaires des ovaires ou de leur dégradation à la suite de ces techniques.

Qu'est-ce qu'une clinique de fertilité?

C’est un centre médical hautement spécialisé dans les méthodes de diagnostic et de traitement des problèmes d’infertilité. Elle se compose d’installations modernes et d’un personnel hautement qualifié pour l’exécution des techniques de pointe de la reproduction humaine assistée.

Il est préférable de recourir à des gynécologues spécialistes en matière de reproduction, car l’examen de stérilité comprend des tests de stérilité qui ne sont pas effectués lors des examens gynécologiques de routine.

Les résultats des examens peuvent-ils confirmer la fertilité du couple ?

Généralement, les études ne peuvent pas garantir la fertilité ou la stérilité de la femme ou de l’homme, car aucun test n’a de valeur absolue. Mais ils nous donnent une approximation très précise de la réelle possibilité que la grossesse se produise.

Seule l’absence totale de spermatozoïdes, ou l’absence ou l’obstruction réelle des trompes de Fallope nous permettent de diagnostiquer l’infertilité de manière absolue.

Y-a-t-il une liste d'attente? en combien de temps pourrais-je effectuer ces techniques?

La liste d’attente actuelle est d’environ 8 à 10 jours pour une consultation initiale. Si le diagnostic est clair, le traitement peut être démarré immédiatement. De toute façon, vous pouvez planifier l’exécution de ces traitements durant le mois qui vous convient le mieux (vérifiez auprès des infirmières cette possibilité).

Si vous êtes réceptrice d’une donation d’ovules grâce à la générosité des donateurs, chez IMF nous avons un programme de don d’ovocyte très efficace, il n’existe pas de liste d’attente.

Quelles sont les chances de grossesse?

Les chances de fécondation et de grossesse dépendent des conditions de chaque couple et de la technique de reproduction assistée.

Pour vous orienter, vous pouvez consulter nos résultats.

Mes cycles et ovulations ne sont pas réguliers…

Les troubles de l’ovulation sont une cause fréquente de stérilité… Chez les femmes avec des cycles réguliers (tous les 28-30 jours), l’ovulation se produit au milieu de cycle, autour du jour 12-14 du cycle, mais si au contraire, ces intervalles entre les règles sont longs, au-delà de 35 jours, il se peut que, soit que l’ovulation ne se produise pas dans un cycle, soit que l’ovulation ait lieu après 20-25 jours à partir des règles.

La solution à ce problème est la stimulation de l’ovulation avec des médicaments, toujours sous un stricte contrôle échographique, et s’il n’y a pas d’autres problèmes ajoutés à cette cause, vous pouvez simplement programmer les relations sexuelles lorsque l’échographie indique que vous êtes proche de l’ovulation.

J'ai les trompes de Fallope obstruées…

Les trompes de Fallope sont le lieu de rencontre de l’ovule et du sperme, de sorte que si les deux tubes de gauche et de droite sont obstruées, il est presque impossible d’obtenir une grossesse spontanée. Il y a quelque temps la solution était la recanalisation chirurgicale des trompes, mais il est maintenant beaucoup plus efficace de recourir à la fécondation in vitro (FIV).

J'ai reçu un diagnostic d'endométriose …

L’endométriose est une maladie dont la cause est inconnue.
Elle se manifeste à travers l’endomètre, qui au lieu d’être situé à l’intérieur de l’utérus, se trouve en dehors. On ne sait pas exactement comment ce tissu atteint l’extérieur de l’utérus. L’endomètre peut être situé à différents endroits dans la cavité pelvienne. Suivant la localisation et l’étendue de l’endométriose, l’opération peut être indiquée ou non.

La qualité de mon sperme est faible …

Des tests de diagnostic (spermogramme, test de survie des spermatozoïdes, la biochimie ou la culture de sperme) nous donnent des informations sur la qualité du sperme et sa capacité à fertiliser. Ces données, croisées avec les résultats de l’examen gynécologique de la femme permettent au gynécologue de conseiller le couple sur la technique de reproduction assistée (insémination artificielle, fécondation in vitro et micro-injection intracytoplasmique de spermatozoïde) la plus appropriée à son cas.

La femme atteinte d’endométriose peut-elle présenter plus de difficulté à tomber enceinte?

Entre 30 et 40% des femmes touchées par l’endométriose sont atteintes de problèmes de fertilité.
La cause de l’infertilité n’est pas parfaitement connue, bien que l’on suspecte que l’endométriose engendre un milieu hostile pour l’implantation de l’embryon, en plus de parfois être à l’origine de problèmes mécaniques comme l’adhérence et l’obstruction des trompes.
Certaines femme souffrant d’endométriose nécessitent un traitement de fertilité afin de pouvoir tomber enceinte.

J'ai subi une vasectomie ou une ligature des trompes mais maintenant je veux avoir un enfant…

Il n’est pas étonnant qu’un homme ou une femme, qui à une certaine époque a décidé de recourir à la chirurgie pour le contrôle des naissances, veuille maintenant avoir un enfant. Dans ce cas, les techniques de reproduction assistée apparaissent comme une option rapide et efficace en comparaison d’une réparation chirurgicale qui n’est pas toujours possible. Les couples dans cette situation choisissent de plus en plus d’utiliser la fécondation in vitro ou la micro-injection intracytoplasmique de spermatozoïdes. Le choix d’une technique ou de l’autre dépend de l’existence ou non d’un quelconque problème de fertilité chez le partenaire, qui sera diagnostiqué avant le traitement.
Dans le cas de l’homme ayant subi une vasectomie, il doit préalablement faire l’objet d’une intervention chirurgicale connue sous le nom de TESA, une biopsie testiculaire qui cherche à voir s’il existent des spermatozoïdes dans les testicules (ce qui est validé dans la grande majorité des cas). S’ils existent, ils sont congelés au début du cycle de FIV, de sorte que la biopsie ne soit nécessaire qu’une seule fois. La procédure est simple, se réalise sous anesthésie locale et avec des analgésiques, et ne nécessite pas d’hospitalisation. Le patient peut généralement se rendre au travail le jour suivant la chirurgie.

Je veux être une mère célibataire …

Dans la législation espagnole sur les technologies de reproduction assistée, est considéré comme un droit la possibilité pour toute femme sans partenaire masculin d’utiliser ces techniques pour devenir mère. Si la femme n’a pas de problème de fécondité, ce qui est déterminé lors des examens précédents, l’insémination artificielle de sperme de donneurs à travers des techniques de reproduction assistée est recommandé.

En cas de détection d’un problème de fertilité, vous pouvez nouvellement utiliser la fécondation in vitro avec le sperme du donneur. La loi exige au centre médical de conserver l’anonymat des donateurs et des récepteurs. Les donneurs de sperme sont rigoureusement sélectionnés et soumis à des contrôles sanitaires rigoureux.

Je suis une femme ménauposée et je souhaite être mère.

Afin de pouvoir aboutir à une grossesse, il est nécessaire que des ovules soient produits par les ovaires. Quand les ovaires cessent de fonctionner avant le moment prévu et arrive la ménaupose, l’unique possibilité d’obtenir la gestation est à travers l’usage des ovules (ou à défaut des embryons) d’une autre femme.
Cette technique de Fécondation in Vitro avec des ovocytes donnés offre un fort pourcentage de succès, les ovules provenant de femmes jeunes et sans problèmes de fertilité connus.
La législation ne fixe pas de limite quant à l’âge de la femme.

Bien qu’une grossesse à l’âge de 60 ans soit possible, chez IMF, mis en part dans des cas exceptionnels, nous n’incluons pas les femmes âgées de plus de 50 ans.
Tout d’abord en raison de l’augmentation avec l’âge des complications gestationnelles et foetales, mais aussi car nous considérons important que le nouveau-né soit élevé par une femme avec la santé et l’énergie suffisante pour faire face à la grande mission qu’est celle d’élever un enfant.

On n’a pas trouvé de spermatozoïdes dans mon éjaculat …

Face à un spermogramme avec absence de spermatozoïdes, ce qui est indiqué en premier lieu, c’est de confirmer le diagnostic en le répétant, en soumettant un échantillon de sperme à une centrifugation. Si on en détecte, un test de captation des spermatozoïdes est effectué pour, si possible, isoler les spermatozoïdes vivants mais en faibles quantités, et les congeler. En tout cas, et si le diagnostic de l’absence de spermatozoïdes se confirme, votre urologue fera une étude pour déterminer les causes possibles, au cours de cette étude seront menés une série de tests qui comprennent une étude génétique et une analyse hormonale. Si tous ces paramètres sont favorables, on procèdera à une biopsie testiculaire, afin de récupérer le sperme du tissu testiculaire et, le cas échéant, le congeler. Dès ce moment, nous essayerons d’obtenir une grossesse grâce au sperme en fécondation in vitro avec micro-injection des spermatozoïdes, en utilisant les spermatozoïdes préalablement congelés.

Mon partenaire est porteur d'une maladie héréditaire, pourrait-on avoir un bébé non porteur?

Grâce au diagnostic génétique préimplantatoire il est possible de distinguer, dans de nombreux cas, les embryons porteurs du défaut des bien-portants. En choisissant ces derniers pour être transférés à l’utérus, de sorte à ce que le nouveau-né soit exempt de la maladie.

On m’a diagnostiqué la Varicocèle.

L’andrologue évaluera votre cas. Dans la majorité des cas, il n’est pas nécessaire de se soumettre à une intervention chirurgicale, puisque l’effet sur l’amélioration de la mobilité et le comptage spermatique est incertain. De plus, avec les Techniques de Reproduction Assistée, il est possible de solutionner de manière plus effective les possibles problèmes de fertilité qu’on associe habituellement à la Varicocèle. Prenez connaissance de votre cas à travers une consultation et nous vous guiderons.

Ma/mon partenaire est séropositive/séropositif.

Les techniques de reproduction diminuent-elles le risque de contagion de maladies virales comme l’hépatite et le SIDA à la conjointe ou à la descendance des hommes touchés par ces maladies ?

Chez des hommes porteurs de maladies virales comme l’hépatite ou le VIH, présentant une charge virale positive dans le plasma ou dans le sperme, il est possible à travers des techniques de lavages et de gradients de rendre nulle cette charge virale. Ce qui est vérifié préalablement à l’utilisation du sperme à travers des techniques de réaction en chaîne par polymérase (PCR). De cette manière, le risque de transmission de ces maladies à la descendance est éliminé de manière presque absolue.

Serais-je toujours prise en charge par le/la même gynécologue ?

À l’IMF, un de nos principaux objectifs est l’attention personnalisée. La patiente sera dotée d’un médecin de référence qui la prendra en charge.
Cependant, elle devra prendre en compte que, puisque les visites et contrôles peuvent être programmer à n’importe quel jour de la semaine, à l’inclusion des week-ends et à certains horaires déterminés, il ne sera pas toujours possible de coïncider avec le même gynécologue.

Dans tout les cas, elle doit savoir que des sessions cliniques réunissant l’équipe médicale dans son intégralité sont réalisées pour assurer le suivi de tout les cas par toute l’équipe médicale.

Quelles sont les principales techniques de reproduction assistée ?

Les principales techniques de Reproduction Assistée sont l’Insémination Artificielle et la Fécondation In Vitro. Au sein de cette dernière, il faut différencier la Fécondation in Vitro conventionnelle de la Micro-injection Spermatique. Pour plus d’informations, visitez la section « Traitements ».

Quelle technique est la meilleure : l’insémination artificielle ou la fécondation In Vitro ?

Se sont des techniques différentes, est chacune est indiquée dans un cas déterminé.
L’Insémination Artificielle est la plus simple : elle consiste à déposer les spermatozoïdes sélectionnés et préparés au laboratoire dans l’utérus de la femme au moment de l’ovulation.

La Fécondation In Vitro est plus complexe. Premièrement car elle requière une stimulation ovarienne, une ponction des ovaires pour l’extraction des ovocytes de la femme, qui seront fécondés par les spermatozoïdes aux laboratoire. Après 2 à 3 jours de développement en incubateurs spéciaux, les embryons seront transférés à l’utérus, afin de poursuivre le processus naturel de la grossesse.

Si je ne tombe pas enceinte lors du premier cycle de traitement, combien de temps devrais-je attendre pour essayer de nouveau ?

Dans le cas de cycles d’Insémination Artificielle, ils se suivent généralement sans nécessité d’attente. Lors de cycles de FIV, cela dépend de la réponse individuelle de chaque femme, mais il est habituel d’espacer de 1 à 2 mois les cycles de traitement.

Combien de fois puis-je essayer ?

Il n’existe pas un nombre spécifique. Ceci sera décidé par le médecin et le patient en fonction des circonstances personnelles. Mais en général, ce n’est seulement qu’après trois cycles n’ayant pas mené à la gestation que l’on évalue la possibilité d’un changement de technique.

Ces traitement sont-ils douloureux ?

Ce ne sont pas des techniques particulièrement douloureuses, puisque les injections s’administrent par voie sous-cutanée à l’aide d’aiguilles très fines, ce qui présente l’avantage additionnel de l’auto-administration par le patient.
Le plus désagréable pourrait être la ponction, mais chez IMF elles est toujours réalisée avec l’aide d’un spécialiste en anesthésie, qui vous administrera les analgésiques nécessaires, pour que ce processus soit ABSOLUMENT INDOLORE.

La ponction de l’ovaire nécessite t-elle un hospitalisation ?

L’hospitalisation n’est pas nécessaire, et une fois la ponction terminée et à la suite d’une brève période d’observation de 30 à 60 minutes, la femme pourra regagner son domicile afin de s’y reposer. Cependant, le retour au travail le jour même n’est pas conseillé.

Combien de temps sont nécessaire à l’aboutissement du processus ?

Il faut compter une à deux semaines, depuis le début de la stimulation ovarienne, mais habituellement nous réalisons en amont une période de préparation de 15 à 20 jours, avant le début du cycle.

Quelle disponibilité d’horaires exigent ces traitements ?

Pour l’Insémination Artificielle :

Au cours du cycle, le(s) patient(e)s doivent se rendre à de 3 à 5 consultations pour réaliser des contrôles. La durée de ces consultations varie de 15 à 30 minutes. Le jour de l’Insémination Artificielle, le mari, si tel est le cas, doit apporter un échantillon de sperme au moins 1 heure avant la réalisation de la technique.
L’Insémination Artificielle est un processus qui ne requière pas de repos, ni le jour même ni les jours suivants. Ainsi, la patiente peut retourner au travail sans problèmes. Cependant, il est déconseillé de réaliser des efforts violents. Grâce à l’amplitude de notre plage horaire il vous est possible de vous rendre aux visites de contrôle et à l’Insémination Artificielle hors de vos horaires de travail.

Pour la Fécondation In Vitro :

Au cours de la phase de préparation, il n’est pas nécessaire d’effectuer de contrôle, mais une fois la stimulation commencée, il sera nécessaire de consulter tout les trois jours approximativement pour réaliser un contrôle échographique.
En moyenne, et selon le schéma utilisé et la réponse de l’ovaire, 3 à 7 contrôles sont réalisés.
La durée de la consultation est habituellement de 15 à 30 minutes.
Le jour de l’extraction des ovules, le mari apporte un échantillon de sperme, et la femme est hospitalisée durant 30 minutes. Elle se trouve sous sédation le temps de l’intervention et pourra à sa suite regagner son domicile en toute tranquillité.
Après 2-3 jours, la femme doit retourner à la clinique pour réaliser le transfert des embryons, d’une durée de 15 minutes. Ensuite, une période de repos relative de 24 à 48h est préconisée. Postérieurement, jusqu’à ce que l’on sache sida grossesse a eu lieu ou non (dans une période approximative de 15 jours) elle peut travailler de manière normale.

** Si vous vivez hors de Madrid, sachez qu’il ne sera nécessaire à aucun moment d’y passer la nuit. Les contrôles du cycle peuvent se réaliser dans notre centre ou être effectués par un gynécologue de votre province qui connaisse les traitements, afin que vous n’ayez à vous déplacer à Madrid seulement le jour de l’extraction ovulaire et du transfert embryonnaire.

On extrait toujours un ovocyte par follicule ?

Non, ceci dépend de chaque patiente, mais en général nous sommes capables d’extraire un ovule d’au moins 60 à 70% des follicules. Il n’y a jamais plus d’un ovocyte par follicule.

Combien d’ovules sont habituellement extraits et combien d’embryons est-il convenable d’obtenir ?

Il est important de savoir que tout les follicules ponctionnés ne sont pas nécessairement dotés d’ovules, et que certains des ovules obtenus se seront pas aptes à être fertilisés.
Le nombre d’ovules obtenus varie selon les cas, il est possible qu’on n’obtienne quasiment aucun ovule, ou que le nombre d’ovules soit très élevé. Cela dépend de facteurs comme l’âge, les pathologies et les réponses au traitement. La moyenne d’ovules ou ovocytes obtenus est de 5 à 10, et de 3 à 6 embryons chez les femmes de moins de 35 ans. Même dans le cas du transfert d’un seul embryon à l’utérus, la possibilité d’une grossesse existe. Ainsi, vous n’avez pas à vous préoccuper si le nombre d’ovules obtenus ou le nombre d’embryons fertilisés est bas.

Le déroulement du processus est très difficile pour moi, je suis très nerveuse, que puis-je faire?

Les techniques de reproduction assistée et leurs processus complexes influencent de nombreux aspects de votre vie personnelle et de couple. Des doutes et craintes peuvent apparaître, en parallèle avec un grand sentiment d’espoir et d’impatience.
L’IMF met à la disposition de ses patients un service de suivi et de soutien psychologique pour les aider à se préparer émotionnellement à faire face au traitement de la meilleure manière possible, à travers la formation à des techniques de relaxation et de diminution de l’anxiété.

Quels-sont les risques existants ?

Le risque de complications est très bas. La médication hormonale ne présente aucun risque ou effets secondaires, hormis celui de l’apparition du syndrome d’hyper-stimulation ovarienne.
Ce syndrome se produit lorsque la femme réagit au traitement en produisant un nombre excessif d’ovules, ce qui génère des dérangement intestinaux durant quelques jours.
Dans ce cas, il est parfois recommandé d’annuler la médication afin d’éviter les risques.
Dans tout les cas, le risque que cette maladie se produise est infime et votre gynécologue vous avertira durant les contrôles de l’existence de la probabilité, ou non, de son apparition.
Si le risque est présent, on décide de continuer ou non le traitement.
S’il se poursuit, c’est que le syndrome ne se présentera pas, car la patiente ne prendra pas la décision de continuer si elle ne veut pas assumer le risque potentiel d’en souffrir.
Pour sa tranquillité, en plus de 25 ans d’expérience en Reproduction Humaine Assistée, nous n’avons eu à déplorer aucun cas ayant eu des conséquences graves sur la santé de la patiente, qui auraient nécessité plus de quelques jours de repos et de contrôle dans une clinique.

Un autre risque à mentionner est la possibilité d’une grossesse multiple. Dans le cas de la Fécondation In Vitro, si trois embryons sont transférés, le pourcentage approximatif de grossesse de jumeaux est de 10 à 20% et de triplés de 1 à 6%. Si vous n’envisagez cette possibilité en aucun cas, il est possible de réduire volontairement le nombre d’embryons bien que cela s’accompagne d’une baisse des chances de grossesse. Grâce à une efficacité toujours plus grande des procédés de Fécondation In Vitro, le nombre d’embryons qu’il est nécessaire de transférer est plus bas, et par conséquent, on détecte une diminution de la fréquence des grossesses multiples. Dans tous les cas, le couple lui-même décide du transfert d’un, deux ou trois embryons.

Enfin, il existe un autre type de risque, tels que les hémorragies et infections, dont la fréquence est extrêmement basse.

Nous pouvons conclure en affirmant que, les techniques de reproduction assistée sont très surs, avec une fréquence très basse de complications, et dans leur majorité évitables.

Est-il possible de maintenir des relations sexuelles après une FIV ?

Il n’existe pas une période fixe, mais nous recommandons une période d’abstinence d’une à deux semaines. Les contractions utérines associées à l’orgasme peuvent interférer avec les états précoces de l’implantation. D’autre part, le micro traumatisme que suppose la pénétration dans un ovaire sensible et hyper-stimulé peut être dérangeant. De plus, il peut augmenter le risque d’infections au sein d’un vagin dont la flore vaginale et les défenses peuvent être altérés par le processus dans son ensemble.

Combien de temps après l’intervention puis-je reprendre mes activités habituelles ?

Chez IMF, nous recommandons une période de repos absolu de 24 à 48 heures après le transfert embryonnaire. Une fois ce temps passé, la femme peut reprendre ses activités habituelles, avec tranquillité si possible. Les sports et exercices violents doivent être évités jusqu’à ce que la grossesse soit diagnostiquée.

Pourquoi ne transférez vous pas tout les embryons obtenus ?

La loi actuelle de Reproduction Humaine Assistée limite à trois le nombre maximum d’embryons à transférer.

Transférer plus de trois embryons ne garantie pas une gestation et dans le même temps augmente les taux de grossesse multiples.

Peut-on de manière certaine sélectionner les embryons à implanter ?

Actuellement ce n’est pas possible. La seule chose qui nous soit possible de faire est de sélectionner les embryons qui présentent la meilleure qualité d’un point de vue morphologique.
Si le nombre d’embryon est suffisant et en adéquation avec votre cas particulier, nous pouvons opter pour une culture large d’embryons (blastocytes) ou pour un diagnostique pré-implantatoire (DGP) afin d’augmenter les chances d’implantation.

Quelles chances de grossesse m’offre la FIV ?

Cela dépend en grande mesure de l’âge de la femme, et des causes qui ont concouru à la détermination du traitement indiqué. En général, la moyenne des grossesses par cycle se situe entre 30 et 40%, bien que les variations à cette moyenne, en fonction de chaque cas, peuvent aller de 5 à 70%. Le taux moyen accumulé de grossesse après trois cycles et d’approximativement 75%.

Le pourcentage d’avortement par cycle est approximativement de 15%. Dans le cas de transfert d’embryons décongelés le pourcentage moyen de grossesse est de 20% pour chaque essai.

En combien de temps saurai-je si je suis enceinte ?

Si nous faisons usage de l’analyse de Beta HCG dans le sang, il est possible de le savoir 13 jours après le transfert. Avec un test d’urine vendu en pharmacie, nous recommandons d’attendre de 15 à 16 jours, et par échographie de 21 à 30 jours. Si le diagnostic de grossesse est positif, vous êtes enceinte. Vous devez poursuivre la médication jusqu’à la consultation, lors de laquelle nous vérifierons par échographie si la grossesse est effectivement située adéquatement et si elle progresse normalement. Nous avons l’habitude de continuer les contrôles pour notre tranquillité et celle du couple, jusqu’à ce que l’on puisse constater le battement cardiaque du foetus.
Si le diagnostic est négatif mais que vous n’avez pas eu des règles normales, contactez le Centre avant d’abandonner la médication.

La grossesse et l’avortement sont-ils les mêmes que lors d’une grossesse naturelle ?

Oui, bien qu’il existe un pourcentage d’avortement supérieur à celui de la population normale, et un taux de césarienne supérieur, puisque ce sont des grossesses particulièrement désirée et qu’on observe une tendance à sur-valoriser l’intérêt foetal.

Si je ne tombe pas enceinte lors du premier cycle de traitement, combien de temps dois-je attendre pour essayer de nouveau ?

Dans le cas de cycles d’Insémination Artificielle, habituellement les cycles sont consécutifs sans délai d’attente. Lors des cycles de FIV cela dépend de la réponse individuelle de chaque femme, mais l’on attend en général de 1 à 2 mois.

J’ai de nouveau mes règles, vaut-il la peine de continuer ?

Chaque fois qu’un traitement échoue, on constate une dépression psychologique et une compréhensible perte de confiance en la technique et en l’équipe. Consultez le gynécologue, il tirera le pronostic de votre cas particulier, et saura vous orientez vers un éventuel changement de technique, de traitement, ou vers un possible renoncement. Faites confiance aux chiffres que nous vous communiquons au sujet de l’effectivité de ces techniques, et sachez qu’après plusieurs essais, la probabilité accumulée de grossesse augmente (vous pouvez visitez la section correspondant à Nos Résultats).